Bio

photobio

Artiste pluridisciplinaire, Hélène Laplante choisi en 1980 le chemin de la danse et y fait une carrière professionnelle jusqu’en 1994.

Durant ces années, elle crée et dirige sa troupe. Dans la même période, elle poursuit ses études au Collège Ahuntsic en graphisme et fonde en 1994 une entreprise publicitaire, signant différents projets tant au Québec qu’aux États-Unis. En 2003, elle obtient un baccalauréat en art visuel de l’UQAM et participe à une vingtaine d’expositions collectives et solos.

En 2006, elle quitte Montréal et s’installe à St-Jacques-le Majeur, dans la région de Chaudière-Appalaches. Ce changement majeur lui apporte un nouvel éclairage sur sa création. Elle met sur pied plusieurs projets stimulants, visant la revitalisation du milieu; dont la création d’un atelier de sculpture sur neige, activité qui perdure jusqu’à aujourd’hui avec le sculpteur de renommée internationale, Guy Beauregard, l’installation d’une exposition permanente de photographies anciennes ainsi que la création et la gestion d’une chapelle miniaturisée au centre du village.

Son expertise en danse et en mouvement est mise à profit en 2007 dans l’équipe de formation en arts du cirque de l’École polyvalente de Disraeli, où elle agit à titre de formatrice et de chorégraphe. Elle devient par la suite en 2010, coordonnatrice des trois disciplines (art-cirque-musique) et signe les mises en scène des spectacles annuels. Elle y enseigne également les arts durant cette même année.

En 2008, elle rencontre le peintre Seymore Segal qui s’avère déterminant dans son cheminement artistique. Les multiples explorations que ce maître lui propose l’amènent à découvrir un processus de construction, destruction et reconstruction abstraite et sans analyse. Le résultat : une liberté gestuelle et une satisfaction personnelle d’authenticité.

Elle est artiste invitée au MAMU en 2013, à Sept-Iles, pour y être jumelée avec une artiste autochtone Malécite, Ginette Kakakos Aubin, dans la création d’une œuvre qui se trouve dorénavant au musée Shaputuan. Suite à un voyage en France, elle a un grand coup de cœur pour la sculpture à partir d’argile, elle travaille avec le céramiste sculpteur Daniel Martineau. En parallèle, elle est invitée dans différents symposium où son travail et son expertise sont de plus en plus reconnus.

L’année 2015 est une année charnière, elle est l’artiste invitée d’honneur à la Foire culturelle de Princeville, elle obtient une subvention pour la création d’une sculpture collective et permanente pour la municipalité de St-Jacques-le-Majeur et obtient le premier prix en arts visuels au Salon des Arts des Bois-Francs.

Hélène Laplante est une artiste qui est toujours à l’affût de nouvelles expériences. Maintenant ces séries sont imaginées et créées dans l’objectif d’occuper tout un espace du plancher au plafond.   Ainsi, les adeptes de son travail pénètreront son univers et pourront l’habiter l’espace d’un instant.

Shares